Les de Tournes, Lyon (1542-1585)

Jean I de Tournes (1504-1564), après avoir acquis son métier chez Sébastien Gryphe, imprime à Lyon à partir de 1542. Dans la lignée de Robert Estienne, il popularise les garaldes et fait appel à Robert Granjon pour composer avec de nouvelles italiques (et parfois les curieux caractères de civilité que ce dernier a créé vers 1550). Converti au protestantisme, de Tournes publie les textes sacrés dans leurs versions calvinistes, ainsi que des poètes, Maurice Scève, Louise Labé, Clément Marot, souvent illustrés par Bernard Salomon, sans doute le plus grand graveur de la Renaissance française. Son fils Jean II de Tournes poursuit ses travaux mais doit s'exiler à Genève, vers 1585, où il fonde une dynastie d'imprimeurs suisses de renom.