Specimen Egenolff-Berner, Francfort, (1592)

Jacques Sabon, né à Lyon vers 1520, travaille pour la fonderie Egenolff à Francfort, à partir de 1557. Sabon, réformé, trouve refuge à Francfort ; en 1571, il épouse Judith Egenolff et, l’année suivante, prend la direction de la fonderie. On le voit largement pourvu en fontes françaises de Garamond, Haultin et Granjon. À la mort de Sabon, en 1580, sa veuve épouse Conrad Berner qui, en 1592, publie l’un des premiers spécimens de caractères destiné à une large clientèle d’imprimeurs. Jusque-là les fondeurs proposaient des épreuves dans le cadre d’échanges commerciaux limités. Ce spécimen, comme le souligne son commentaire, est alloué aux typographes de manière à faciliter « le choix du caractère avec lequel leur travail sera le mieux effectué ». Les romains présentés bénéficient de l’appellation Garamond et les italiques sont attribuées à Granjon.