Le Romain du roi (1695-1740)

En 1693, l’abbé Bignon, Jacques Jaugeon, Gilles Filleau des Billettes et le père Sébastien Truchet débutent la « Description des arts et métiers » à l'instigation de l'Académie des sciences. Ils s'atèlent en premier lieu à l'impression et à la typographie, examinant des incunables et les plus belles publications des XVIe et XVIIe siècles, ainsi que les traités théoriques de Pacioli, Dürer, Tory, et les recueils calligraphiques de Senault et Alais. En 1694, la commission Jaugeon se consacre à l'élaboration d'un modèle de caractères pour satisfaire à la demande de Louis XIV « qu'on remit en meilleur état son Imprimerie royale… » Philippe Grandjean, graveur à l'Imprimerie royale, est associé aux travaux. À partir de 1695, des planches gravées sur cuivre présentent les travaux de la commission, tandis que Grandjean réalise une première série de poinçons en deux corps destinés aux Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, premier ouvrage composé en romain du roi, en 1702. En 1760, l'Imprimerie royale publie une « Epreuve des caractères de l'Imprimerie royale, gravés par Mrs Grandjean, Alexandre & Luce » qui recense les vingt-et-un corps du Romain du roi, désormais patrimoine national. Voir dossier : Epreuve des caractères de l'Imprimerie royale (1760).