Les types elzéviriens (1846)

En réaction contre l'hégémonie des Didot et l'inflation des caractères fantaisie, des éditeurs, des imprimeurs, des fondeurs, au milieu du XIXe siècle impulsent un retour aux caractères anciens. La découverte de splendides inscriptions romaines à Lyon, vers 1845, est popularisée par Louis Perrin qui fait graver une série de capitales s'en inspirant : les Augustaux. Par la suite, l'attention se porte principalement sur les éditions elzéviriennes et la qualité des types de Van Dijck et de ses confrères au XVIIe siècle. La première vague de « revivals » s'étend sous cette appellation et chaque fonderie propose ses types elzéviriens, bientôt simplement dénommés « elzévir », tandis que les éditions de bibliophilie naissantes les installent en exemple pour la littérature, les essais, les ouvrages de sciences humaines.
Voir : René Ponot, Louis Perrin et l'énigme des Augustaux, Paris, édition des cendres, 1998.