Série 18, spécimens, Deberny, et Deberny & Peignot (1906-1931)

Sous la direction de Charles Tuleu (1851-1934), la fonderie Deberny développe, à partir de 1880, plusieurs importantes gravures de nouvelles fontes de labeur : Latines et nombreuses variantes néo-elzéviriennes, ainsi que les Séries 16 et 18. En 1906, Deberny met en valeur la Série 18 dans un spécimen qui présente également les Latins et diverses fantaisies. En 1931, Deberny et Peignot publie un spécimen entièrement consacré à la Série 18, attestant son succès durable, illustré de galvanos extraits de ses catalogues et de bois originaux d'Emmanuel Poirier. Dans la préface, non signée, mais peut-être de Maximilien Vox, le type est ainsi commenté : « Il y a des caractères que les changements de la mode n'atteindront jamais. La fonte connue sous le nom de Série 18 Deberny est une de celles-là ; cela tient en partie à ce qu'elle ne se laisse classer dans aucune “famille” connue : voisine par son dessin des anciens types Plantin, elle s'en distingue cependant par la vigueur et la netteté de ses noirs qui l'apparentent au Didot. Cela tient plus encore à son extrême et sûre lisibilité dans tous les corps de bas de casse, au profil incisif de son italique et à ses diverses capitales aux contours amples et stricts, d'une parfaite unité de couleur, et dont une lettre au moins est un chef d'œuvre, cet “R” dont le jambage résoud avec élégance l'un des problèmes les plus ardus de la typographie. (…) [Ce caractère] répond à la double préoccupation de notre époque, de nouveauté à la fois et de classicisme… »
Ce dossier comprend le spécimen Deberny de 1906 et le spécimen Deberny et Peignot de 1931.
Documents : bibliothèque de l'école Estienne et archives Signes.