Catalogue Lumitype, Deberny et Peignot (1960 v.)

L'introduction au catalogue Lumitype publié par Deberny et Peignot à la fin des années 1950 comporte un bref rappel de l'histoire de l'invention de la première photocomposeuse. « C'est en 1944, à Lyon, que MM Higonnet et Moyroud eurent l'idée d'une machine à composer photographique. Le problème se posait depuis l'apparition de l'offset mais n'avait pas reçu de solution valables malgré de nombreuses tentatives. L'adaptation à ce problème des moyens utilisés dans la téléphonie automatique, la photographie ultra-rapide par éclairs électriques et la technique électronique en vigueur dans les calculateurs ou ordinateurs a permis de réaliser des machines qui l'emportent en qualité et productivité sur les machines à composer à [sic] plomb. Les premières machines Lumitype furent construites aux Etats-Unis et une d'entr'elles présentée en 1954 au Salon des T.P.G. [techniques papetières et graphiques] à Paris. Peu de temps après fut entreprise en France une fabrication suivie qui a permis d'équiper en photocomposeuses, et dès 1958, de nombreuses imprimeries françaises. » Ce résumé, qui met en valeur les deux ingénieurs, Higonnet et Moyroud, inventeurs du procédé, et omet le rôle de Charles Peignot dans sa diffusion, est significatif de l'évolution de la fonderie dans ses derniers temps, laquelle va passer entre les mains desdits Higonnet et Moyroud au détriment de Peignot, qui sera bientôt évincé de l'entreprise, avant que celle-ci ne périclite et ferme ses portes, en 1972. Il est à noter que les caractères à disposition relèvent du patrimoine de Deberny et Peignot et des réalisations d'Adrian Frutiger, embauché spécialement pour réaliser la transposition des types les plus diffusés (Garamont, Sphinx, Baskerville et Bodoni) en photocomposition, puis sollicité pour en créer plusieurs, dont le Méridien et surtout l'Univers. On notera également l'offre de types achetés à d'autres fondeurs : Janson, Plantin, Caslon, Perpétua, Times, Clarendon. Sont annoncés en préparation, les Beauchamp, Imprint, Gras-Vibert, Calligraphiques noires, Cancelleresca, Century school book, et des compléments du Times et du Bodoni.

Document : bibliothèque de l'école Estienne