Le Naudin, Deberny et Peignot (1923)

Dessinateur et graveur français, Bernard Naudin (1876-1946) a beaucoup publié dans les revues de la Belle Époque (du Cri de Paris à l'Assiette au beurre) et illustré de nombreux livres. Il conçoit un alphabet dont l'italique provient de la stylisation de sa propre écriture qu'il propose à Georges Peignot vers 1911. Celui-ci décide d'en lancer la gravure pour compléter la gamme des Cochins. Mais la guerre interrompt le projet. Tandis que Naudin accède à une célébrité nationale : son talent en tant que dessinateur et lettreur est en effet mis à contribution dans la communication relative à l’emprunt, des affiches aux reçus délivrés aux souscripteurs. En 1919, Charles Peignot découvre le caractère prêt à être publié et il décide de le finaliser en demandant à Naudin une importante série d'ornements. Intitulé « Caractère français dit de tradition » dans le spécimen de présentation réalisé par Charles Peignot lui-même, le Naudin est diffusé à partir de 1923, mais connaît un succès mitigé. « Quand j'entrais à la fonderie en 1919, je me trouvai en présence d'une œuvre trop avancée pour ne pas être menée à son terme et c'est avec la collaboration de Naudin lui-même que se firent les dernières corrections de gravure et de fonte. La collaboration avec Naudin était d'autant plus agréable qu'il était lui-même un graveur d'eaux-fortes et au burin de grand talent. Il avait la pratique de l'échoppe et du poinçon. Le caractère terminé, la plaquette de présentation fut mon premier travail de maquettiste (1921-1922). M'inspirant des très belles initiales du catalogue de Luce, je demandai à Naudin les dessins d'initiales susceptibles de jouer le même rôle dans sa typographie qu'il compléta de nombreux sujets et culs de lampe. » Charles Peignot, « Georges Charles », Communication et langages n° 59, 1984.