Jean Midolle, Spécimen des écritures modernes (1834-1835)

Jean Midolle, artiste, écrivain, calligraphe, réalise d'étonnants albums et spécimens recensant les écritures des enlumineurs du Moyen-Age, véritables inventaires des initiales à figures mérovingiennes et carolingiennes. Midolle propose également des fantasmagories comme ses « lettres forestières » ou son « alphabet lapidaire monstre », caractéristiques de l'époque romantique. Ses alphabets connaissent un grand succès auprès des lettreurs et des décorateurs, et font l'objet de quelques interprétations de la part des fondeurs : Jules Didot, dès 1842, propose une série de lettres fantaisie dans ce registre. Parmi ses publications : Spécimen des écritures modernes (1834-1835), Spécimen des écritures anciennes (1835), Album du moyen-âge (1836), Traité complet d’écritures en tous genres et d’ornements du moyen-âge (1840), Grand album historique des écritures de tous les âges (1877).
L'ouvrage dont nous présentons plusieurs planches dans ce dossier a été publié sous le titre complet de Spécimen des écritures modernes, comprenant les Romaines fleuronnées, Gothiques nouvelles, Fractures, Françaises, Anglaises, Italiennes et Allemandes exécutées à la plume par Jean Midolle gravées sur pierre et publiées à la lithographie de Fe Émile Simon Fils, Strasbourg, 1834-1835. Plusieurs exemples de lettrages qu'il contient, dont ceux de l'« alphabet lapidaire monstre », ont été reproduits dans un important article d'Arts et métiers graphiques (n° 44 15 décembre 1934) intitulé « Les alphabets romantiques », qui constituait une redécouverte de ce type de créations. Il est à noter que Marcel Duchamp dans la couverture de l'ouvrage de Georges Hugnet, La Septième face du dé (1936), s'est approprié l'« alphabet lapidaire monstre », substituant aux noms des écrivains et des musiciens que Midolle avait inscrits dans les empattements des lettres ceux du Panthéon surréaliste : Arnim, Sade, Lautréamont, etc.
Massin par la suite a popularisé l'œuvre de Jean Midolle (La Lettre et l'Image, Paris, Gallimard, 1969 ; « Jean Midolle et Joseph-Balthazar Silvestre », Arts et métiers du livre, janvier-février 1991). On trouve les alphabets de Midolle employés dans les « Guides noirs », publiés par Tchou dans les années 1970 et conçus par Alain Le Foll et Serge Kristy, aux côtés des créations de Cieslewicz.
Document : bibliothèque de l'école Estienne.
Voir également : liberaalarchief.be
Gallica