Spécimen de caractères anciens, fonderie Turlot (1880 v.)

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l'établissement Turlot, à Paris, s'affiche comme une des plus grandes fonderies françaises, ayant acquis les fonderies Derriey, Virey frères, Marcellin-Legrand, Dumeil et Colson (déjà regroupées sous l'appellation de Fonderies réunies). Turlot concurrence la Fonderie générale (elle-même rassemblant plusieurs entreprises) et Deberny. L'heure est aux fusions et à l'initiative pour s'assurer une hégémonie typographique en France, face à l'offensive des fondeurs allemands et anglais, dont les activités sont en plein essor. A cet effet, la gravure de types elzéviriens répondant à une demande de plus en plus forte de la part des éditeurs est partout mise en œuvre. Turlot en propose de nouvelles séries dans un spécimen publié vers 1880. Le recueil comporte des Elzévirs français et anglais, des Initiales elzévirs, ainsi que des vignettes elzéviriennes, accompagnés de caractères et d'ornements Renaissance et de quelques Gothiques.
Document : bibliothèque de l'école Estienne.