Nouvelle collection de lettres (1856)

En 1856, Antonin Caulo publie, à Paris, chez Caudrilier, sa Nouvelle collection de lettres de différents genres à l'usage de MM. les peintres et graveurs, composés et gravés par ses soins, qui fait l'objet de ce dossier. Cinquante planches d'alphabets fantaisies déjà édités par Grim – dont Caudrilier est le successeur – dix ans auparavant. Caulot a débuté ses travaux de dessins et de gravures sur la lettre et les chiffres ornementés dès 1845, et les poursuit jusque dans les années 1870. Il s'inscrit dans la lignée des dessinateurs, comme Jean Midolle et Silvestre, qui ont inspiré la lettre romantique. Voir : Jean Midolle, Spécimen des écritures modernes (1834-1835). A la différence de ses prédécesseurs, il n'emploie pas la pierre lithographique, mais met à profit ses talents de graveur pour représenter des alphabets qui s'illustrent par le volume qu'il leur confère. Signe de l'essor de l'enseigne, de la peinture en lettres et des décors ampoulés de nombreuses façades d'immeubles dans la seconde moitié du XIXe siècle, le succès de ses modèles d'alphabets dénote le développement d'une typographie des rues, dont l'affiche également participe. Voir : Spécimen Bonnet (1860 v.).
Document : Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie.