Le Dorique, Carlègle, Deberny et Peignot (1923)

Carlègle (Charles-Emile Egli dit ; 1877-1937 ou 1940), peintre, illustrateur et décorateur suisse, formé à la gravure sur bois, connaît la notoriété dans les années 1900, à Paris. Sa rencontre avec l'éditeur Léon Pichon, typographe et grand amateur de gravure sur bois, le conduit à illustrer de nombreux ouvrages dans un registre qui s'éloigne de l'Art nouveau. Sur les instances de Charles Tuleu, directeur de la fonderie Deberny, Carlègle et Pichon s'atèlent à la conception d'un caractère destiné à l'édition, s'apparentant aux types de presses privées qui font alors florès en Allemagne et en Angleterre. Le projet est interrompu par la guerre, et c'est seulement à partir de 1922, que la gravure, la fonte et l'édition du Dorique sont achevées dans le cadre de la nouvelle fonderie Deberny et Peignot. Le Dorique est employé par Léon Pichon pour plusieurs ouvrages, dont ceux auxquels collabore Carlègle, comme le Sappho : Ode à la bien-aimé et autres poèmes, caractéristique de la période Art déco et de son goût pour l'antiquité et l'érotisme feutré. En 1927, dans son deuxième numéro, la revue Arts et métiers graphiques (mise en œuvre par la fonderie Deberny et Peignot) publie un encarté promouvant le Dorique, et présentant des exemples de son usage dans l'édition, dont la couverture du Voyage d'Athènes de Charles Maurras, « typographiée » par Léon Pichon. En dehors de quelques éditeurs d'ouvrages de bibliophiles, le Dorique ne connaît pas un grand engouement. Charles Peignot, désormais aux commandes de la fonderie, souhaite en renouveler l'offre et se tourne vers les recherches modernistes. Il dira par la suite à propos de ses débuts chez D & P : « Qu'avais-je alors à me mettre sous la dent ? Le Dorique dessiné par Carlègle, à la demande de l'éditeur d'art, Léon Pichon (gravé en 1920-1922), ne me parut pas répondre à mon idéal. » Voir : Références : Charles Peignot, « Les Peignot : Georges, Charles », Communication et langages, n°59, 1er trimestre 1984. pp. 61-85. Le spécimen du Dorique présenté dans ce dossier comporte des bois gravés de Carlègle.

Document : bibliothèque de l'école Estienne