Spécimen de l'imprimerie Mangin (1867)

Le spécimen des caractères de l’imprimerie du commerce, Evariste Mangin, à Nantes, est publié en 1867. La période romantique est achevée mais l’éclectisme typographique perdure, dans le domaine de l’affiche tout particulièrement. L’imprimerie Mangin propose quelques labeurs, en commençant par de « nouveaux caractères elzéviriens » bien dans l’esprit de l’époque. Au demeurant, l’essentiel de l’offre concerne des types fantaisie, dont une considérable série de caractères d’affiches. L’ensemble est emblématique de l’essor de la réclame à la fin du XIXe siècle et de ses besoins en matière de lettres pittoresques et tape-à-l’œil. L’imprimeur n’a eu aucune difficulté à se fournir chez les nombreuses fonderies du temps qui diffusent ce genre de production, jusqu’à la célèbre fonderie Deberny – voir dossier : Types pour affiches, fonderie Deberny (1850 v.). En passant par les entreprises spécialisées dans la lettre pour affiches gravée sur bois comme la Maison Bonnet, à Paris – voir dossier : Spécimen des caractère en bois de la Maison Bonnet (1860 v.).
Document : Archives Signes.