Hermann Zapf, Manuale typographicum (1954)

Hermann Zapf (1918-2015) est encore un jeune typographe lorsqu'il se voit confier le poste de directeur artistique de la fonderie Stempel, en 1947. Il a alors à son actif un type fraktur, le Gilgengart, publié en 1939. Ses recherches calligraphiques font l'objet d'un ouvrage, Feder und Stichel (« Plume et burin »), transcrites sur planches par le graveur de poinçons August Rosenberger, en 1949. Stempel édite son Palatino, en 1950, garalde qui connaît un vif succès, ainsi que l'alphabet de capitales, Michelangelo. Puis le Melior, une réale que la presse affectionne. Son Virtuosa (1952) est une scripte calligraphique, et le Saphir, une fantaisie de titrage. Lorsqu'il publie le Manuale Typographicum, en 1954, il s'agit avant tout de mettre en valeur les caractères de Stempel, et les siens en particulier. L'ouvrage, constitué de cent planches typographiques, organisées en des compositions savantes, met en avant ses créations dans une majorité d'entre elles. S'inspirant des Divertissements typographiques de Vox, le Manuale, au demeurant, offre une réflexion plus profonde. Zapf, en effet, ne propose pas d'applications mais des interprétations typographiques en seize langues différentes de citations d'écrivains, de penseurs, de professionnels renommés de l'imprimerie et de la typographie. Parmi ces derniers, Allemands et Anglo-saxons dominent largement : Edward Johnston, Bruce Rogers, Rudolf Koch, Jan Tschichold, Stanley Morison, Béatrice Warde, Paul Renner, Max Caflisch, etc. Seul typographe français cité : Fournier-le-Jeune – aux côtés de Lamartine, Victor Hugo et Paul Valéry. Quant aux compositions et à l'aspect général du livre qu'elles commandent, force est de constater que Zapf convie à une réconciliation entre les tenants de la tradition et les modernes, entre les familles de caractères, entre les mondes déchirés par le chauvinisme d'avant-guerre. Symboliquement, la dernière planche est consacrée à un texte biblique composé en caractères hébraïques. Chef d'œuvre typographique, reconnu comme tel dès sa parution, louangé dans Gebrauchsgraphik, Typographische Monatsblätter, Caractère, etc., le Manuale fut imprimé seulement à mille exemplaires. Une réédition en anglais a été mise en œuvre par le MIT en 1970. MW.

Document : archives Signes.