Catalogue Nicolas, Draeger (1930)

Les catalogues Nicolas réalisés par l’imprimeur Draeger, à partir de 1927, constituent de notables prouesses graphiques, qui enchantent le grand public comme les professionnels – voir dossier : Réclames et catalogues Nicolas (1925-). En 1930, la parution de la « Liste des grands vins fins » fait figure de coup d’éclat, bien que ses concepteurs, au sein du studio de création de Draeger, soient demeurés anonymes, à la différence des autres parutions, signées de Loupot, puis de Paul Iribe ou de Cassandre. Le style en est inhabituel : le personnage de Nectar en couverture, et décliné dans les pages intérieures, fait de blocs typographiques, emprunte plutôt à l’imagerie futuriste, celle de Depero en particulier, qu’au registre du personnage-type cher aux affichistes français. Puis, la titraille est également surprenante : elle est composée en Futura, dont c’est un des premiers emplois en France. Draeger, en effet, vient d’acquérir le nouveau caractère directement auprès de la fonderie Bauer, à Francfort. L’usage du Futura par Draeger, jusque-là fidèle allié de Deberny et Peignot, ne manqua pas d’inquiéter Maximilien Vox, qui y vit le signal qu’il fallait obtenir la licence du caractère, sous peine de se voir dépasser. Le Bifur, dans le même temps, se révélant un échec commercial. Les blocs typographiques avec lesquels les typographes de chez Draeger s’amusent à recréer Nectar de Nicolas semblent d’ailleurs pour une large part provenir des vignettes dites « Futura Schmuck », que Bauer venait de commercialiser. Un an après, Deberny et Peignot livrait l'Europe, soit le Futura rebaptisé pour la circonstance.

Document : archives Signes.