La prose du Transsibérien (1913)

La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France poème de Blaise Cendrars, accompagné des « couleurs simultanées » de Mme Delaunay-Terk, publié en 1913, aux Editions des Hommes nouveaux, 4, rue de Savoie à Paris – adresse personnelle de Blaise Cendrars. Tirage annoncé de 150 exemplaires, mais la vente ne dépassa pas les soixante exemplaires. Sous une couverture de Sonia Delaunay, l'ouvrage se présente sous la forme d'un dépliant de deux mètres de long environ, divisé en deux colonnes. Pour imprimer ses 445 vers, Blaise Cendrars emploie une douzaine de polices de caractères, variant les corps et les styles, et les couleurs : bleu, vert, rouge, orange. Dialoguant avec le texte, la grande composition abstraite au pochoir de Sonia Delaunay mobilise quatre-vingts encres différentes. Robert et Sonia Delaunay développent alors des recherches sur le contraste simultané des couleurs que Sonia applique au poème de Cendrars. Les couleurs du spectre se conjuguent aux couleurs du texte dans le « premier livre simultané » confrontant compositions plastique et typographique. Les couleurs pénétrant dans la colonne de texte, imprégnant la lettre, « trempent de lumière » le poème, selon les termes de Cendrars. « Blaise Cendrars et Mme Delaunay Terk ont fait une première tentative de simultanéité écrite où des contrastes de couleurs habituaient l'œil à lire d'un seul regard l'ensemble d'un poème, comme un chef d'orchestre lit d'un seul coup les notes superposées dans la partition, comme on voit d'un seul coup les éléments plastiques et imprimés d'une affiche. » Guillaume Apollinaire, « Simultanisme – Librettisme », Les soirées de Paris, no 25, 15 juin 1914, p. 324.
Document : Les Arts décoratifs.