Métropolitain parisien (1900-1911)

Les deux premières lignes du métro parisien (Porte de Vincennes – Porte Maillot et Porte Dauphine – Nation) ouvrent respectivement le 19 juillet 1900 et le 7 octobre 1902. La Compagnie du chemin de fer Métropolitain de Paris (CMP) en assure l’usage. Hector Guimard est en charge de la réalisation des édicules de surface. Mais, à la suite d’un contentieux avec la CMP, Guimard cesse sa collaboration en mai 1903, et cède ses droits artistiques. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, d’autres « bouches de métro » sont créées selon les modèles fixés par Guimard, sans qu’il y contribue. Dans ce contexte, les « écritures » élaborées et mises en place par l’atelier Guimard se limitent à l’intitulé « Métropolitain », installé sur chaque édicule, et quelques inscriptions « Entrée » et « Sortie » sur une partie seulement des stations. En 1911, la municipalité de Paris oblige la CMP à apposer des plaques portant les noms des stations. Un système de panneau porte-plan est mis en œuvre, comprenant la plaque indicatrice en tôle émaillée. L’ensemble est plus ou moins bien conçu et les lettrages hétéroclites pastichent ceux de Guimard sans les égaler. Par ailleurs, une seconde compagnie, la Nord-Sud, se voit confier la construction et la gestion de deux lignes supplémentaires ouvertes en 1910-1911, qui deviendront la 12 et la 13. En extérieur, la Nord-Sud opte pour des entourages plus sobres et une signalétique basée sur des caractères antiques au pochoir visibles de nuit. Dans les stations, les noms sont installés sur des carreaux de faïence. Toutes les plaques indicatrices des stations sont remplacées par un nouveau modèle unifié après la Seconde Guerre par la RATP, de couleur jaune avec des lettrages vert foncé. En 2000, à l’occasion du centenaire du métro, la RATP confie aux typographes David Poullard et Julien Gineste le soin d’uniformiser les plaques indicatrices par la conception d’une nouvelle police de caractère, inspirée des lettrages des enseignes en lave émaillées de Guimard, qu’ils baptisent Métropolitaine.