Iliazd Dada (1920-1923)

Iliazd à Paris avec de nombreux artistes russes contribue aux fameux « Bal russe » et « Bal transmental », il est également un protagoniste de Dada, aux côtés de Tzara, avec qui il compose des tracts et des affiches, tout en propageant sa parole « zaoum » lors de conférences pour lesquelles il crée de mémorables affiches. La fin brutale de Dada, lors de la Soirée du cœur à barbe, en 1923, le touche profondément et il publie, en russe, une manière de chant funèbre, Le Dentu le Phare, fin 1923, dont la typographie se rapproche de celle des constructivistes.