Divertissements typographiques 1, 2, 3 (1928-1930)

Lancés par la fonderie Deberny et Peignot, en novembre 1928, les Divertissements typographiques, conçus par Maximilien Vox, se présentent sous forme de recueils de feuilles volantes, imprimés sur divers papiers, composées dans tous les types offerts par la fonderie, dans un registre de fantaisie et de jeux de mots et de lettres. Il s'agit de sensibiliser les imprimeurs, prinicipaux destinataires de ces fascicules gratuits, aux opportunités d'une typographie moderne selon Vox. Le paradoxe est que les caractères de Deberny et Peignot, hormis le Bifur, ne sont guère représentatifs de cette modernité revendiquée. Leur parution devait être semestrielle mais seulement trois éditions seront assurées jusqu'en 1930. A partir du n° 4, en 1931, les Divertisements vont s'instaurer en spécimens de l'Europe-Futura puis du Pharaon, une linéale et une mécane dans l'esprit du temps.